Dans votre nouvelle serie des «Stockholm Tinder Stories», Felix Douglas Olsson nous narre nos aventures de son alter ego, monsieur Mec

Dans votre nouvelle serie des «Stockholm Tinder Stories», Felix Douglas Olsson nous narre nos aventures de son alter ego, monsieur Mec

Skieur impenitent, souvent solitaire, suedois polyglotte, monsieur Mec ne recherche jamais l’amour, mais la douceur l’estime plus souvent qu’a le tour. En ski tel via Tinder, monsieur Mec est un esthete rare et chanceux.

Cela se tenait dans l’ascenseur d’un immeuble inconnu, dans votre quartier chic bien eloigne de Soder. Les miroirs etaient hauts, les boutons en laiton poli. Chaque etage etait represente avec un numero sculpte elegamment au metal, dans une ecriture a l’anglaise qui n’etait jamais sans rappeler celle du tatouage concernant le bras droit.

A cote de lui : son hote, qu’il venait de rencontrer Il existe une heure a Riche – l’un des bars chics de Stockholm, qu’il ne frequentait nullement tres souvent : Cela ne quittait que rarement Soder, tel bon nombre de personnes du quartier.

Elle avait suggere qu’ils se rencontrent la-bas car c’etait pres de chez i§a, ce qui etait pratique car cette dernii?re n’avait jamais de nombreuses moment. C’etait le 25e anniversaire et elle devait accueillir apri?s votre groupe des amies les plus proches au sein d’ son appartement.

Ses cheveux etaient dores, sa peau couleur de miel, ses yeux bleus tres pertinent.<

– « les amies vont halluciner que j’invite un rendez-vous Tinder a mon diner d’anniversaire. Mais peu importe. En plus, tu m’as evoque que tu faisais tres bien a manger. Au pire, je t’enverrai en cuisine pour aider le personnel. »

Le personnel. Cela etait simple des le depart que une telle fille vivait dans un univers bien different du sien. Notre sac a main Gucci, l’echarpe Hermes, le tailleur Armani (le rendez-vous Tinder avait eu lieu juste apres les heures de bureau) et bien sur la Centurion Amex noire. En fait, la seule chose qu’ils semblaient vraiment avoir en commun etait un amour pour le ski. Elle est mignonne dans sa facon de prononcer les noms des grandes stations de ski francaises, ainsi, elle n’avait pas tarde a lui faire savoir qu’elle avait skie « l’Aguy di Bidi ».

– « Je ne suis la que parce que tu as insiste pour que je vienne », a-t-il repondu. « Si tu decides soudainement que je ne suis gui?re a ma place, je serai en bas des escaliers et sur mon velo avant que tu aies le temps de finir ta phrase. »

– « Oh, arrete », a-t-elle repondu. « Detends toi, il va i?tre moment de s’amuser », a-t-elle dit aussi que les portes de l’ascenseur s’ouvraient directement au sein d’ le appartement.

Bien, le duplex.

L’appartement est situe bien en haut de l’immeuble. Plafonds inclines blanchis a Notre chaux, grandes poutres apparentes sur toute la longueur du vaste sejour ouvert. L’entree s’ouvrait directement concernant une piece immense, au bout de laquelle se trouvait une excellente cuisine, ou un chef d’une cinquantaine d’annees dansait autour de casseroles, de planches a decouper ainsi que bols en acier inoxydable.

Les baies vitrees couvraient bien le cote sud de l’appartement, avec une vue imprenable sur la mer, le quartier de Djurgarden, et au-dela : Soder.

Ses amies attendaient autour d’une grosse table en bois rustique au milieu de la piece.

Elles avaient toutes l’air quelque peu etonne de le voir, mais la confusion a de suite fait place a de l’amusement : il eut l’impression qu’il n’etait jamais le premier type qu’elle jetait en pature a votre auditoire.

– « Alors c’est ca J’ai raison Afin de laquelle tu es en retard ? », dit l’une d’elle, rigolarde.

– « les amies, je vous presente monsieur Mec », annonca l’hote. « Monsieur Mec vient de rentrer d’un voyage de cinq ans en France, ou il s’etait exile en tant que chef, serveur, barman et l’ensemble des autres metiers imaginables dans l’industrie d’la restauration. Du reste c’est ce qu’il m’a raconte », a-t-elle poursuivi.« Monsieur Mec, je vous presente mes amies. »

– « C’est l’heure de boire 1 verre ! » a crie quelqu’un.

– « Oui, mais i  la place des bulles habituelles, j’imagine que nous devrions honorer Monsieur Mec avec un verre de rouge. Cela a passe tout l’apres-midi a me parler de la facon dont l’automne l’a fatigue des boissons fraiches et assoiffe de cocktails alcoolises ainsi que Syrah.

Il sourit avec mefiance. Il n’avait pas eu l’intention d’etre au centre de l’attention tel ca.

– « Tu peux aller nous chercher quelque chose dans le placard la-bas, s’il te plait ? », a evoque l’hote a l’une des filles.

– « Je bois rarement du rouge, je ne sais pas trop ce qu’elle va trouver, et honnetement, je m’en fiche. De toute facon, je n’ai jamais pu faire la difference entre 1 Grenache, 1 Mourvedre ou votre Zinfandel. »

Rapidement, sa copine revint de la cuisine avec une bouteille poussiereuse.

– « Ca n’a pas l’air en gali?re. J’ai pris cette bouteille parce qu’elle semblait etre l’une des plus vieilles du placard », declara t’elle.

L’hote lui lanca un tire-bouchon. « Tu l’ouvres, Mec, les meufs ont soif ! »

Cela ne put s’empecher de rester bouche bee lorsqu’il vit ce qu’on lui tendait.

– « Les filles… », dit-il. « Woah, detendez-vous… Avez-vous J’ai moindre idee de votre que c’est ? », reussit-il a articuler.

– « J’espere que c’est une boisson savoureuse, que tu vas nous servir des maintenant. Allez, c’est son anniversaire et j’ai envie de commencer cette fete », a ri l’une des meufs.

Dans ses mains, il tenait une bouteille sombre et poussiereuse. L’etiquette etait simple et elegante. Un V dore, entoure d’une corona obsidionalis semblable a celle que Jules Cesar portait dans son royal front. En-dessous, un numero a quatre chiffres, le millesime. 1945. Annee une victoire.

– « Putain… Premier je suis, Second je fus, Mouton ne change » marmonna-t-il.

– « Monsieur Mec… Ca va ? Tu es en nage, » fit remarquer son hote.

Dodaj komentarz